Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
LOADING

Type to search

podcast audio transformation-témoignage-dirigeant-rethink-and-lead

Paule Boffa-Comby - Chronique n°5 - Le collectif, c'est prendre l'avis de chacun

VRAI et FAUX !

Lors de mes interventions ou conférences sur le collectif, une remarque revient fréquemment: « Vous parlez de collectif comme si c’était une nouveauté, mais nous agissons tous les jours en collectif. Je passe mon temps à échanger avec mes pairs, à prendre l’avis de tous, à consulter, à écouter l’interne comme l’externe avant de décider. »

S’ouvrir à l’avis des autres, les solliciter, entendre ce qu’ils pensent de ce que l’on propose est un bon début. Mais le temps passé en interaction ne suffit pas à qualifier un travail, une dynamique, de “Collectif efficient”.

La confusion est commune, d’autant que les nouvelles technologies de l’information permettent une connexion quasi 24h/7j et donnent facilement l’apparence d’un continuum d’échanges riches et permanents.

Un petit test suffit à savoir de quel collectif vous parlez: 

« Imaginez que vous entrez dans une salle, vous ouvrez la réunion en donnant les grandes lignes de la réflexion du jour et laissez assez vite l’espace à l’échange, en intervenant de temps à autres pour animer la réunion… Les débats battent leur plein. Chacun s’exprime, donne son point de vue, participe. Et vous ressortez de la salle avec la satisfaction d’avoir bien géré le collectif : l’idée avec laquelle vous êtes entré(e) a été va-li-dée! Et chacun semble l’avoir fait sienne. » 

Collectif ou participatif ? 

Si vous êtes entré(e) et ressortez avec la même idée (à peu de choses près) … il y a fort à parier que vous êtes un bon leader… participatif et que vous avez « géré le collectif » !

Vous avez joué le jeu de soumettre votre idée au groupe, à votre équipe, de solliciter des feedbacks, sans doute même les avez-vous entendus ? Peut-être avez-vous par moment accepté quelques contradictions, quelques débats… avant de revenir sur tous les bienfaits de votre solution de départ pour conclure qu’elle était validée par tous… 

Mais vous êtes vraisemblablement passé à côté de la richesse du Collectif, de l’expérience du collectif, qui nous rend « plus intelligents à plusieurs ». Vous n’avez pas pleinement mis à profit l’opportunité offerte par cet espace-temps passé ensemble de bénéficier des idées, des intuitions, des apports de chacun. Vous êtes restés en « contrôle de la situation », en maîtrise des apports dans une direction précise et claire : la vôtre.

Prenez un temps de recul. 

En repassant le cours de la réunion, êtes-vous certain que chacun s’est autorisé à vous dire ce qu’il pensait, vraiment, de votre idée, de votre diagnostic, de vos propositions ; à vous challenger positivement dans l’intérêt de l’entreprise, du client ? Pouvez-vous affirmer avec certitude que tout le monde s’est engagé pleinement dans l’échange, en conscience de la responsabilité que chacun avait de faire part de son angle de vue et de sa vision des choses pour faire avancer le projet, le collectif – et que chacun avait été invité à cette réunion dans ce but ? Êtes-vous convaincu que chacun est désormais pleinement mobilisé pour œuvrer à la réussite de ce projet ? 

Ou il y a-t-il une probabilité forte que les participants aient fait du « clientélisme », du « présentéisme » ou du « oui, chef » pour terminer plus vite et passer à leurs propres sujets en étant sûrs de pouvoir ainsi compter à leur tour sur votre soutien ? Ou qu’ils aient déjà échafaudé un plan pour vous montrer, plus tard, que vous n’aviez pas vu tel ou tel aspect de la question et aviez donc tort de privilégier cette solution. Un « sport » malheureusement très courant dans nos organisations et très consommateur en temps et en énergies. 

En tant que leader collectif®,

En tant que leader collectif®, vous savez que ce qui différencie le participatif du collectif, est précisément ce passage d’une logique d’explication, d’appropriation, « d’adoubement » – qui laisse le leader dans une zone de confort, de sécurité, de « contrôle »-,  à une logique de co-construction et d’émergence d’une idée que personne n’aurait pu avoir seul dans son coin, mais qui s’impose finalement à tous comme une évidence parce que chacun a pu prendre le temps de comprendre la situation à laquelle elle répond, de poser ses questions, de partager son point de vue, de proposer, de challenger. Jusqu’à contribuer à élaborer cette « meilleure solution » et s’en sentir pleinement partie prenante. 

Une logique qui requiert un certain lâcher prise et place le leader dans une position transitoirement inconfortable de « saut dans l’inconnu », d’ouverture à d’autres possibles, mais génère, une fois le cap passé et le processus collectif véritablement engagé, une grande efficacité, une incroyable créativité et une inévitable fierté d’avoir su faire confiance et de pouvoir compter désormais sur un collectif solide et engagé derrière soi. Un soulagement, aussi, de ne plus être seul à tout porter et à devoir tout savoir…

Et vous, êtes-vous plutôt participatif ou collectif ?